Etude "Intérêt de la stimulation transcrânienne en courant continu (tDCS) pour réguler la réactivité biologique au stress chez des apparentés de premier degré de patients schizophrènes" (Adultes 18 à 30 ans)

Vous êtes curieux et souhaitez contribuer à l’avancée de la recherche ?

Si vous êtes âgés de 18 à 30 ans et que l’un ou l’une de vos frères et sœurs est atteint.e de schizophrénie, nous vous invitons à nous contacter afin de participer à notre étude.

La schizophrénie est une pathologie chronique invalidante, dans laquelle le stress joue un rôle majeur. Selon le modèle vulnérabilité-stress de la schizophrénie, le premier épisode psychotique ainsi que les rechutes seraient liés à l’interaction entre le niveau de vulnérabilité individuel et l’intensité ressentie des stress que l’individu subit.

Le risque de déclarer un premier épisode schizophrénique augmente selon le degré de parenté avec un patient : on parle de vulnérabilité génétique.

De plus, les apparentés de premier degré de patients présentent une hyperréactivité au stress, située entre l’hyperréactivité exacerbée mesurée chez les patients schizophrènes et la réactivité « normale » mesurée chez des volontaires sains non apparentés.

La stimulation transcrânienne par courant continu (tDCS) est une technique de neurostimulation non invasive qui peut moduler la connectivité cérébrale. Récemment, il a été montré qu’elle pouvait réduire la réactivité au stress chez des volontaires sains soumis à un stress aigu.

Le but de notre étude est d’évaluer si la tDCS est capable de réguler la réactivité au stress chez des sujets apparentés de patients atteints de schizophrénie.

Les participants seront soumis à une épreuve de de stress, et plusieurs marqueurs de stress seront mesurés : électroencéphalogramme, cortisol salivaire, et tests cognitifs sur ordinateur. L’ensemble de l’expérience se déroule sur une matinée.

 

L’étude tDCS, stress et vulnérabilité: « Intérêt de la stimulation transcrânienne en courant continu (tDCS) pour réguler la réactivité biologique au stress chez des apparentés de premier degré de patients schizophrènes » a reçu l’accord d’un Comité de protection des Personnes (CPP).

Votre participation sera rémunérée 50€ pour la matinée.

L’expérience se déroulera à l’adresse suivante :
Centre Hospitalier Le Vinatier,
95 Boulevard Pinel
69500 Bron, France

 

Si vous êtes intéressés, je vous invite à envoyer un mail à ondine.adam@ch-le-vinatier.fr. Vous pouvez aussi nous contacter au 06.63.54.38.10.

Adresse

Centre Hospitalier Le Vinatier,
95 Boulevard Pinel
69500 Bron, France

Contacter