L’Europe investit contre la perte d'odorat : coordination des recherches au CRNL

H2020-rose

La perte partielle ou totale de l'odorat (hyposmie / anosmie) touche 20% de la population mondiale avec des effets néfastes sur la qualité de vie. La pandémie de Covid a montré que, dans le monde, près d'une personne Covid-positive sur deux souffre d'une perte olfactive qui dans certains cas persiste. A la différence d'autres systèmes sensoriels, il n'existe actuellement aucune technologie avancée capable de restaurer partiellement ou totalement le sens de l'odorat. Ce projet de recherche interdisciplinaire combinera la nanotechnologie, la microtechnologie, la biotechnologie, le design et la mécanique, la neurochirurgie, l'olfaction clinique, les neurosciences et la psychologie cognitive. L'objectif ultime du projet ROSE est de développer une preuve de concept combinant des capteurs d'odeurs miniaturisés et des stimulateurs neuronaux qui sera évaluée chez des patients atteints de troubles de l'odorat.

Le projet ROSE a reçu un financement européen de 3 millions d'euros dans le cadre du programme Pathfinder Pilot du Conseil européen de l'innovation H2020 (anciennement connu sous le nom de Horizon 2020 FET-Open). Il est coordonné par le CNRS via le Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (CRNL, CNRS / Inserm / Université Claude Bernard Lyon1). Il combine les efforts de six autres partenaires internationaux : Politecnico di Milano (Italie), l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse), l'Université de Thessalonique (Grèce), l'Université de Dresde (Allemagne), la société Aryballe (France, Grenoble) et le Commissariat à l'Énergie Atomique et aux énergies alternatives (CEA, France, Grenoble). "Nous nous réjouissons de la nouvelle génération d'innovations que suscitera le projet ROSE pour relever les défis scientifiques et sociaux dans le domaine des neurosciences et de l'olfaction en particulier" confie Moustafa Bensafi, chercheur CNRS, membre du CRNL et coordinateur du projet ROSE.

Au-delà de son objectif central, le projet ROSE ouvrira également de nouvelles possibilités scientifiques et technologiques pour la miniaturisation des capteurs d'affinité, utiles pour d'autres applications. Celles-ci incluent l'intégration dans les appareils ménagers, la R&D et le contrôle de qualité pour les aliments, les arômes et les parfums, et de nouvelles approches de la stimulation neuronale pour la recherche en neurosciences.

Télécharger le communiqué de presse

Un article de la Tribune de Lyon

Un article de France Bleu

Un article du Progrès

Pour en savoir plus

© 2021 Rose H2020