Soutenance d'HDR Emmanuelle Courtiol - " Étude du système olfactif : de l’échantillonnage des odeurs aux bases neurales de l’attention"

Emmanuelle Courtiol (CMO CRNL)

A l'invitation de

Emmanuelle Courtiol (CMO CRNL)

Emmanuelle Courtiol

Une des questions clés en neuroscience est de comprendre et décortiquer comment notre cerveau perçoit notre environnement. De cette question découlent de nombreuses autres questions comme par exemple : Quelles sont les structures cérébrales mises en jeu ? Comment l’activité au sein de réseaux de neurones contribue-t-elle à cette perception et à générer une réponse comportementale appropriée ? Ces questions sont au cœur de mon activité de recherche et j’ai choisi de les aborder en me focalisant sur une modalité sensorielle spécifique : la modalité olfactive. Les travaux présentés dans le cadre de cette habilitation à diriger les recherches portent donc sur l’étude de la fonction olfactive, depuis l’échantillonnage des odeurs jusqu’aux bases neurales de l’attention. Ces travaux de recherche combinent des approches électrophysiologiques, comportementales et optogénétiques chez le rongeur.

Au cours de ma thèse, j’ai souhaité comprendre comment la perception olfactive était liée au mode d’échantillonnage de l’environnement. J’ai pu démontrer que le comportement de flairage qui est à la base de l’échantillonnage des odeurs peut non seulement modifier la représentation neuronale des odeurs mais également qu’il peut être utilisé pour extraire diverses informations sur l’odeur et son contexte. Le système olfactif dispose donc, comme les autres sens, d’un acte sensori-moteur dont les variations sont critiques pour la perception olfactive.

J’ai ensuite voulu explorer le rôle des aires olfactives supérieures dans la perception olfactive, ceci dans le but de progressivement m’orienter vers l’étude de processus sensoriels plus complexes. Notamment lors de mon post-doctorat, j’ai souhaité étudier si une aire cérébrale spécifique (le thalamus médiodorsal) était impliquée dans la perception des odeurs. J’ai montré que le thalamus médiodorsal pouvait encoder la qualité des odeurs mais également d’autres variables nécessaires pour générer une réponse comportementale adaptée dans une tâche de discrimination olfactive. Nous avons aussi montré que les interactions entre les structures de l’axe olfacto-thalamique sont dépendantes du comportement.

Finalement, dans mes projets futurs, je vais continuer à explorer l’olfaction, mais cette fois-ci comme un modèle pour aborder une question neurophysiologique plus générale qui porte sur l’attention : l’attention aux odeurs est-elle un processus rhythmique et quels en sont les substrats neurophysiologiques ?

Equipe organisatrice
Thursday 28 October 2021 14:30 - 17:30

CRNL - CH Le Vinatier - Bâtiment 462 Neurocampus Michel Jouvet - Amphithéâtre

A noter : contrôle des passes sanitaires à l'entrée